Museo LoPiù

Museo LoPiù
(Logo designed by Juan Carlos Cuba)

Translate

viernes, 18 de mayo de 2018

Charles Trenet - Moi, j'aime le music-hall

ET QUI RESTENT POUR ÇA DES GRANDES GENTILLES VEDETTES

Pocos artistas en la historia de la música popular tienen un repertorio tan extraordinario como el gran cantante y compositor francés Charles Trenet, a quien hoy recordamos en el 105 aniversario de su nacimiento. En 1955 apareció en disco esta composición propia a modo de hermoso homenaje a las grandes figuras de la canción francesa de la época, incluyendo en su texto los nombres de varios de ellos. En el video puede apreciarse su interpretación en vivo.

Moi, j'aime le music-hall  (paroles)

Moi, j'aime le music-hall
Ses jongleurs, ses danseuses légères
Et le public qui rigole
Quand il voit des petits chiens blancs portant faux col
Moi, j'aime tous les samedis
Quand Paris allume ses lumières
Prendre vers huit heures et demie
Un billet pour être assis
Au troisième rang pas trop loin
Et déjà voilà le rideau rouge
Qui bouge, qui bouge, bouge
L'orchestre attaque un air ancien du temps de Mayol
Bravo c'est drôle, c'est très drôle
Ça c'est du bon souvenir
Du muguet qui ne meure pas, cousine
Ah ! comme elles poussaient des soupirs
Les jeunes fillettes d'antan
Du monde ou d'l'usine
Qui sont devenues à présent
De vieilles grand-mamans
Ce fut vraiment Félix Mayol
Le bourreau des cœurs de leur music-hall
Mais depuis mille neuf cent
Si les jongleurs n'ont pas changé
Si les petits toutous frémissants
Sont restés bien sages sans bouger
Debout dans une pose peu commode
Les chansons ont connu d'autres modes
Et s'il y a toujours Maurice Chevalier
Édith Piaf, Tino Rossi et Charles Trenet
Il y a aussi et Dieu merci
Patachou, Brassens, Léo Ferré
Moi, j'aime le music-hall
C'est le refuge des chanteurs poètes
Ceux qui se montent pas du col
Et qui restent pour ça de grandes gentilles vedettes
Moi j'aime Juliette Gréco
Mouloudji, Ulmer, les Frère Jacques
J'aime à tous les échos
Charles Aznavour, Gilbert Bécaud
J'aime les boulevards de Paris
Quand Yves Montand qui sourit
Les chante et ça m'enchante
J'adore aussi ces grands garçons
De la chanson
Les Compagnons
Ding, dang, dong
Ça c'est du music-hall
On dira tout c'qu'on peut en dire
Mais ça restera toujours toujours l'école
Où l'on apprend à mieux voir
Entendre, applaudir, à s'émouvoir
En s'fendant de larmes ou de rire
Voilà pourquoi, la, do, mi, sol
J'aim'rai toujours le music-hall
J'aim'rai toujours, toujours, toujours
Toujours, toujours, le music-hall

J'aim'rai toujours le music-hall
J'aim'rai toujours




1 comentario: